Le Safran et la Médecine Douce

L'utilisation du safran comme plante médicinale est légendaire. Il a été utilisé pour ses propriétés emménagogiques et carminatives par exemple. En Europe médiévale, on utilisait le safran pour traiter des infections respiratoires et maladies comme le rhume, la toux, la scarlatine, les cancers, la variole, et l’asthme. On le retrouve également dans certains traitements contre les affections sanguines, maladies cardiaques, insomnie, flatulences, indigestions, goute et maux d'estomac, divers désordres oculaires. Pour les égyptiens et Persans, le safran est un aphrodisiaque. Un antidote couramment utilisé contre les empoisonnements, un tonifiant pour la rougeole et la dysenterie, un stimulant digestif. En plus des propriétés anticancéreuses, le safran est également un antioxydant. Cela signifie que, comme un agent "anti-âge", il neutralise les radicaux libres. Les extraits méthanoïques, du safran neutralisent à un taux important les radicaux "DPPH". Ceci est dû à la donation au "DPPH" de proton par deux agents actifs, le safran et la crocine. Neutralisation de respectivement 50 % et 65 % des radicaux. Le safranal montre néanmoins un taux de neutralisation plus faible que celui de la crocine. Ces propriétés donnent au safran un avenir pour la fabrication d'antioxydant dans l’industrie cosmétique et pharmaceutique ou en tant que supplément alimentaire.